Lecture analytique n°5 de Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand (Acte V, scène 5, page 179) [17/20]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lecture analytique n°5 de Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand (Acte V, scène 5, page 179) [17/20]

Message  Admin le Dim 1 Juin 2008 - 18:24

1) Situation du passage

Quinze ans plus tard, Roxane, qui s'est retirée dans un couvent après la mort de Christian, attend Cyrano qui vient chaque samedi lui conter les événements de la semaine. De Guiche vient aussi, de temps en temps, rendre visite à Roxane. Justement, il est de passage et, trouvant Le Bret, lui confie qu'il a entendu dire que Cyrano était en danger. Pendant que Roxane raccompagne De Guiche, surgit Ragueneau, affolé, qui annonce à Le Bret que Cyrano a été gravement blessé. Le Bret et Ragueneau courent rejoindre Cyrano dans son taudis. A peine sont-ils partis que Cyrano, assez mal en point, vient rejoindre Roxane. Toutefois, la jeune femme, occupée à sa tapisserie, ne s'en aperçoit pas. Roxane ne comprend toujours pas que Cyrano est vraiment mal en point quand il lui dit qu’il partirait probablement plus tôt. Cyrano raconte alors d'un ton badin les derniers potins mondains puis, à la suite d'un court malaise, demande à Roxane de lui laisser lire la lettre d'adieu censée être de Christian.

2) Appréciez la réactualisation de la lettre

La réactualisation de la lettre s’explique du fait que l’amour de Cyrano pour Roxane est toujours présent. Pour comprendre cela il suffit de revenir un acte en arrière (acte IV, scène 4, page 139), quand Christian se prépare à aller combattre et qu’il demande à Cyrano de lui écrire une lettre d’adieu pour Roxane : « Au moins, je voudrais mettre / Tout l’adieu de mon cœur dans une lettre !... ». C’est au travers de cela que l’on comprend que la lettre que Cyrano a écrite sur le champ de bataille a pour but de transmettre ses propres sentiments à Roxane. Cependant, étant incapable d’avouer son amour, Cyrano compose la missive au nom de Christian.
Dans la fin de l’œuvre et en lisant la lettre, Cyrano est pris à son propre piège, Roxane démasque Cyrano. La jeune femme découvre que Cyrano est l’auteur de cette lettre grâce à plusieurs points.

D’une part Cyrano fait une lecture haute de la lettre ce qui a pour effet d’étonner Roxane par l’intermédiaire de la didascalie « s’arrêtant, étonnée » V.9 et puis par la question qui suit « Tout haut ? ». Cela pourrait être apparenté à une déclaration d’amour de Cyrano d’autant plus que le contexte dans lequel se trouve le personnage est similaire à celui qu’il a connu quand il a composé la lettre. En effet, quand Cyrano compose la lettre, il ne veut pas faire des adieux au nom de Christian mais au nom de sa propre personne puisque lui aussi en allant combattre, risque de perdre la vie. Ensuite, lorsque Cyrano lit la lettre, il est dans un état critique. Il y a donc une répétition dans la situation.

Ensuite, Cyrano fait une lecture très expressive (sensualité, sentimentalité) ce qui à pour effet de trouble Roxane. On comprend cela au travers d’une remarque prononcée par Roxane : « Comme vous la lisez, / Sa lettre » V.13.

Enfin, et c’est ce dernier point qui révèlera la vérité à Roxane, Cyrano continu à lire alors qu’il fait nuit. Cela montre que l’intensité, très forte, de la lettre a imprimé dans la mémoire de Cyrano tout ce qu’elle contient (mots, sentiments, etc.) C’est ce détail qui transformera le doute ressenti par Roxane en réalité : la jeune femme passe d’une incertitude incarnée par son ouie « Comme vous la lisez, - Cette lettre ! » V.17, à la certitude du regard (didascalie « […] regarde la lettre. – L’ombre augmente » puis « Comment pouvez-vous lire à présent ? Il fait nuit » V.24).

Nous avons donc ici une réactualisation tant temporelle que sentimentale de la lettre qui reste un élément clé depuis qu’elle a été composée jusqu'à la fin de l’œuvre. La lecture de cette lettre peut présenter une double facette. La première, la plus vraisemblable, est exposée plus haut (elle peut constituer une occasion à Cyrano pour déballer tout ce qu’il a sur le cœur), la seconde, quant à elle, pourrait représenter un dernier message de Christian à Roxane par l’intermédiaire de Cyrano. Cette deuxième idée, qui paraît être la moins possible, peut-être néanmoins abordée du fait que Cyrano ait accordé à Christian tout ce dont il désirait afin de conquérir le cœur de Roxane (la scène du balcon, les lettres).

3) Commentez le jeu des déterminants (V.13 et V.17)

Le jeu des déterminants se déroule aux vers treize « Comme vous la lisez, / Sa lettre » et dix-sept « Comme vous la lisez, - cette lettre !». La structure de ces deux vers est identique à la seule exception que les déterminants changent. Un déterminant est un mot-outil variable dont la fonction syntaxique est d'actualiser le nom en indiquant un certain nombre de précisions concernant celui-ci : genre, nombre, personne, etc. Il existe plusieurs catégories de déterminants qui sont, d’une part, les déterminants indéfinis (article indéfini, article partitif, adjectif numéral, quantificateur, adjectif interrogatif), et d’autre part, les déterminants définis (Article défini, Adjectif possessif, Adjectif démonstratif, Adjectif exclamatif, Adjectif relatif).
Pour cette étude, il suffit de ne prendre en compte que les déterminants définis et plus précisément les adjectifs possessifs et démonstratifs car dans les vers à étudier il n’y a qu’un changement de déterminant (on passe d’un possessif à un démonstratif) qui va entraîner un total changement de la vision de Roxane par rapport à la lettre (et surtout par rapport à l’auteur). Cependant on remarque la présence d’un déterminant de type article défini qui désigne la lettre. Pour étudier au mieux le total changement de la vision de Roxane, il faut tout d’abord comprendre ce que sont des adjectifs possessifs et démonstratifs.
L’adjectif possessif : En grammaire française, un adjectif possessif est une sous-catégorie de déterminant défini, ajoutant à l'actualisation du nom principal, une idée de possession, de propriété, en relation avec une personne grammaticale (première, deuxième ou troisième, du singulier ou du pluriel).
L’adjectif démonstratif : En grammaire française, un adjectif démonstratif est une sous-catégorie de déterminant défini, ajoutant à l'actualisation du nom principal, une idée de monstration : il sert donc à indiquer la représentation de la chose dont on parle.
D’après cela on déduit que Roxane passe d’une idée où elle considère que seul Christian peut-être l’auteur de la lettre, à une idée ou elle doute, elle hésite. Devant la lecture très expressive de Cyrano, Roxane reste perplexe et commence à se poser des questions sur le véritable auteur de la lettre. On peut conclure de cela que le jeu des déterminants a pour objectif de faire naître un doute chez la jeune femme.

4) Commentez le vers 36

Le vers trente six intervient après que Roxane ait démasqué Cyrano sur le fait qu’il soit l’auteur de la lettre (supposé, au départ, être celle de Christian). A partir de l’instant où le masque tombe et que la vérité apparaît, Roxane harcèle Cyrano avec des réflexions basées sur cette « imposture » V.30 et sur son amour pour la jeune femme : « C’était vous », « C’était vous ! », « Les lettres, c’était vous… », « C’était vous… », « La voix dans la nuit, c’était vous ! », « L’âme, c’était la vôtre !», « Vous m’aimiez ! », « Vous m’aimiez ! ».
On remarque que Roxane se remémore tous les évènements passés en les associant à Cyrano et non à Christian. Cette association est révélée par la répétition de l’imparfait « C’était » combinée avec des adjectifs possessifs visant Bergerac. Enfin, les exclamations de Roxane correspondent à sa stupéfaction récente (elle est sous le choc de la révélation).
A chacune de ces attaques Cyrano nie tout en bloc avec détermination (grâce aux nombreuses exclamations). Toutefois, on remarque une progression dans les négations de Cyrano. En effet alors qu’aux premières répliques de Roxane le personnage répond d’un « Non ! » catégorique, il faiblit au vers trente quatre et admet implicitement que c’était bien lui l’auteur des lettres et que c’était bien lui qui était sous le balcon avec Christian, mais il refuse toujours d’admettre son amour pour Roxane qui continu de le harceler « Déjà vous le dite plus bas » V.35.
C’est à partir de ce moment qu’intervient le vers trente six. Ce vers incarne l’abdication de Cyrano : il avoue enfin son amour pour sa cousine. Ce vers ce compose de trois parties.

• Il y a tout d’abord la triple négation « Non, non, non », qui représente la dernière défense que peut émettre Cyrano.

• Ensuite, il y a la déclaration clairement formulée par le personnage « mon cher amour », qui dévoile enfin les sentiments de Cyrano.

• Enfin, on retrouve une dernière forme de négation qui parait ridicule à coté de la révélation gigantesque du personnage. Cette dernière forme de négation peut être énoncée volontairement par Cyrano afin d’atténuer le choc de l’aveu. Dans ce cas Cyrano ferait une palinodie (faire une palinodie c'est se contredire volontairement).

5) Répondez à la dernière question posée par Roxane

CYRANO

Roxane, je ne voulais pas fuir dans l’au-delà,
Sans vous avouer ce que je ressens en moi.
Certes, vous devez vous sentir très mal à l’aise,
Mais je ne crois pas que vous fassiez un malaise.
Il fallait bien que je libère ma hantise,
Et qu’ainsi donc mon amour paraisse une brise.
Depuis des années je ne pouvais en parler,
Mais aujourd’hui je peux enfin mourir en paix.

Admin
Admin

Messages : 17
Date d'inscription : 01/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://premiere-si.forumchti.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum